L’anxiété, c’est quoi?

anxiétéL’anxiété, tout le monde en entend parler, mais en fait, très peu de gens en connaissent les symptômes et les remèdes pour combattre ce trouble.

Je vous rassure, nous éprouvons tous un jour ou l’autre de l’anxiété. Ressentir un peu d’anxiété est tout à fait normal. L’anxiété nous protège et nous aide parfois à faire face à une situation inquiétante ou peut-être dangereuse.

Il est également important de comprendre que l’anxiété s’accompagne de symptômes physiques et parfois aussi de symptômes psychologiques qui peuvent se transformer en maladies plus graves.

Un certain niveau d’anxiété est ressenti dans certaines occasions, comme par exemple:

  • lorsque vous vivez un changement de vie important comme un mariage ou un divorce.
  • la veille d’un examen,
  • lorsque vous passez une entrevue d’emploi
  • lors d’une épreuve sportive.

L’anxiété est alors liée à des événements particuliers et disparaît généralement dès que la vie reprend son cours normal.

Cependant, il existe des gens qui souffrent constamment d’anxiété sans y prêter attention et parfois cette anxiété devient un réel problème, quand par exemple:

  • elle ne disparaît pas quand la situation préoccupante revient à la normale;
  • elle n’est liée à aucun événement de vie, c’est-à-dire qu’elle apparaît sans raison;
  • elle est tellement forte qu’elle préoccupe continuellement la personne;
  • elle empêche la personne de fonctionner et d’agir normalement au travail, en société ou dans d’autres domaines de la vie quotidienne.

L’anxiété peut alors être un signe de la présence de l’un ou l’autre des troubles anxieux.

Les formes de troubles anxieux les plus fréquentes sont :

  • les phobies (spécifique et sociale)

Une peur importante vis-à-vis d’un objet ou d’une situation. Trac, timidité ou angoisse, le regard de l’autre est un problème. Le regard que l’on porte sur soi l’est tout autant. Il s’agit souvent d’apprivoiser les deux.

  • le trouble d’anxiété généralisée

Ce trouble se caractérise par un état d’inquiétude permanent et excessif. La personne s’épuise à essayer de contrôler une inquiétude qu’elle sait généralement infondée et disproportionnée. Incapable de maîtriser son stress, la personne souffre d’un état de tension psychologique et physique intense. (trouble du sommeil, migraines, tensions musculaires, insatisfaction, nervosité, irritabilité, sensation d’être à bout)

  • le trouble panique et l’agoraphobie

Il s’agit d’une réaction émotionnelle, qui se traduit rapidement par des comportements d’évitement. L’agoraphobie est toujours accompagnée d’angoisse très élevée et d’états de panique. Lorsque la personne est en état de panique, elle peut connaître divers symptômes corporels, comme avoir de la difficulté à respirer, impression de perdre l’équilibre, engourdissements, sensation de boule dans le gorge, tension musculaire, tremblements, palpitations cardiaques, etc. De plus, ces sensations sont souvent accompagnées de pensées dramatiques comme avoir l’impression de mourir, d’avoir une crise cardiaque, perdre le contrôle de ses actes ou de devenir fou (folle), de se rendre ridicule en public, etc.

  • l’état de stress post-traumatique

Les moments pénibles font partie de la vie. Il arrive parfois qu’une personne subisse une expérience à la fois si inattendue et si éprouvante qu’elle continue d’en subir les séquelles longtemps après l’événement. Cela peut être le cas à la suite de la perte d’un être cher, une maltraitance quelconque ou après un divorce. Les personnes dans cet état subissent souvent des rappels d’images (flashbacks) et des cauchemars où elles revivent les situations d’effroi qui sont à l’origine de leur traumatisme. Elles peuvent même devenir émotivement désensibilisées. Si cet état persiste plus d’un mois, on parle alors de trouble de stress post-traumatique.

Comment soigner?

Les troubles anxieux sont des maladies qui se soignent. Il existe des traitements reconnus pour traiter ces troubles. Les traitements permettent aux personnes atteintes de reprendre le contrôle sur leur vie et leurs activités quotidiennes. Plus la personne atteinte consulte tôt, plus elle se rétablira rapidement.

Dans la majorité des cas, les troubles anxieux se traitent très efficacement par une psychothérapie (accompagnée parfois par des anti-dépresseurs), par des séances de coaching, relaxation et méditation.

Il est important que la personne puisse comprendre pourquoi elle ne se fait pas assez confiance et comment elle doit vivre sans angoisser.

Les personnes atteintes de troubles anxieux savent que leur comportement est illogique et qu’il affecte leur vie mais n’arrivent pas à lâcher prise. Elles en viennent donc souvent à se sentir inadéquates et déprimées.

En parler, c’est important!

Aujourd’hui, il n’y a plus de honte à avoir. Le fait de devoir faire appel à un accompagnateur, à un psychologue ou un psychiatre ne fait pas de vous une personne folle. Au contraire, il est bon de rétablir les choses pour ne plus souffrir et pouvoir connaître le sentiment de paix intérieure. Grâce au traitement, il vous sera plus facile d’accepter la VIE et de maintenir une bonne santé mentale qui vous permettra de vous sentir mieux avec vous-même et avec les autres.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à prendre contact avec moi.

Toute angoisse est imaginaire , le réel est son antidote.

Le « bore-out », quand l’inactivité rend malade.

Tout le monde a déjà entendu parler du « burn-out ».

Aboutujourd’hui, il existe pire encore, c’est le  » bore-out « , il est moins connu, mais bien présent. Il s’agit d’un syndrome associant les souffrances dépressives, la dépréciation de soi et la culpabilité de ceux qui se sentent inutiles au travail, tout simplement parce qu’ils n’ont rien à faire ou effectuent des tâches dépourvues de sens à longueur de journée.

En gros, c’est la maladie de  » l’ennui au travail « … si si, je ne plaisante pas, ça existe!

Cet ennui profond engendre des problèmes de santé, car la personne ressent de la démotivation et du mépris envers elle-même.

Les concernés, souvent n’en parle pas, car nous vivons aujourd’hui dans une société qui se dit « rêver d’être payé pour ne rien faire« . Or, ne pas réagir face au « bore-out », c’est laisser place à la culpabilité et surtout à la honte!

N’étant pas assez occupées, les personnes vivent une forte tension psychologique car elles font tout pour faire semblant d’avoir suffisamment de travail et c’est le bore-out !

Les symptômes ?

Baisse de moral, dépression et ennui, parfois même des crises d’épilepsie, vertiges, tremblements et perte de mémoire.

Le bore-out pousse à:

  • réduire le temps de présence
  • voler le travail des autres,
  • ralentir le rythme,
  • occuper son temps à discuter ou chatter sur Internet,
  • inventer des tâches nouvelles,
  • ou encore démissionner

Le langage change également et on a tendance à répéter sans cesse les mêmes phrases, du style «je m’ennuie au travail»,«je glande au travail», «je m’ennuie à mort». Ou encore «quand on n’a rien foutu de sa journée, on est plus fatigué que si on avait vraiment travaillé…»,«je traîne, je traîne, car je me dis qu’une fois que j’aurai terminé cette tâche, je n’aurai plus rien à faire, je ne sais pas quoi faire ensuite…».

Le cerveau du salarié qui occupe le poste doit absorber cette inactivité, ce vide, ce qui provoque une grande souffrance qui ne s’améliore pas avec le temps, au contraire, c’est un réel problème à traiter en urgence.

Comment soigner?

Il n’y a pas de syndrome plus déstructurant de la personnalité sociale que le bore-out. De ce fait, il est important de ne pas laisser trainer les choses et réagir rapidement afin de s’épanouir à nouveau au travail:

  • En parler au responsable du personnel de l’entreprise, afin de voir s’il est possible d’obtenir de nouvelles tâches, car il est important d’augmenter le volume de travail. Si vous avez du mal à en parler, vous pouvez écrire une lettre recommandée à l’employeur en expliquant votre mal-être et en lui demandant une réorganisation de votre travail.
    Contrairement au burn-out où il y a l'effet contraire, celui de justement réduire le volume de travail pour soigner la maladie.
  • Si l’entreprise ne peut vous garantir plus de travail, dans ce cas-là il faut démarrer une recherche d’emploi afin de pouvoir démissionner au plus vite. La santé avant tout ! Il ne faut surtout pas prendre cela à la légère, car le risque de maladies cardio-vasculaires est multiplié par trois chez ceux qui y sont exposés.

Pour plus d’information ou d’aide, n’hésitez pas à me contacter.

Ne laisse jamais une mauvaise période te faire croire que tu as une mauvaise vie et que tu ne vaux rien !                               – Silvia