C’est toujours la faute au « temps »

Nous croyons toujours  » à tort », que nous sommes obligés de courir après le temps afin de nous sentir vivants.

Chaque jour, nous entendons autour de nous des expressions liées au temps.

  • Je n’ai pas le temps, on verra ça plus tard !
  • Si seulement j’avais plus de temps . . .
  • Le temps passe trop vite !
  • Le temps nous dira…
  • J’ai le temps long.
  • Je n’ai le temps pour rien !
  • Je dois me prendre le temps…
  • … e.t.c.

 » Qu’est-ce que le temps ? » Voilà un sujet assez délicat et complexe que je ne compte pas approfondir aujourd’hui. Ce domaine n’étant pas le mien.

Ce qui me semble pourtant évident, c’est que toutes ces expressions résonnent de façon négative en nous et propagent cette négativité dans notre entourage. Le négatif attirant le négatif, il faut donc essayer d’éviter ce langage.

Ce que je remarque, c’est que le temps est considéré comme étant notre ami dans la jeunesse et notre ennemi dans la vieillesse. C’est une sorte de trésor que nous voudrions pouvoir retenir éternellement. Une raison de suivre le mouvement ou encore, un fil conducteur.

Baudelaire avait d’ailleurs donné le titre de « L’Ennemi » à un de ses poèmes. Cet ennemi en question était justement le temps. Certes, il peut être considéré comme étant notre ennemi parce qu’il emporte tout sur son passage ( jeunesse, bons moments, vie), un vrai destruction de l’individu.

Mais pourquoi éprouve-t-on le sentiment qu’il nous échappe, nous rend impuissant ou nous détruit ? Peut-on communiquer autrement et se sentir libéré de son emprise ?

Oui, mais ce n’est pas chose facile. En fait, c’est la façon dont chaque personne vit ce rapport avec le temps qui détermine son influence sur son bien-être. Cette influence, passe évidemment aussi par la façon dont cette personne va communiquer.

Souvent, l’humain fait une fixation sur le temps et l’utilise comme excuse pour pouvoir se cacher derrière cet élément et ne pas devoir s’affronter lui-même. En quelque sorte, il civilise le temps et lui donne plus d’importance qu’à sa propre personne, ou sa vie. Cela se reflète dans sa manière de s’exprimer également.

Étonnant, non?

J’ai envie de dire que c’est comme… avec la religion ou les médias finalement.

On vit dans une ère où l’individu se perd. Il s’oublie complétement, en laissant tous ces éléments puissants et toxiques le guider. Oui, mais vers quoi ?

N’est-ce pas un piège de se donner ainsi au  » virtuel ou l’invisible  » ?

Une amie m’a dit un jour:  » le temps est un concept « . Plus j’avance dans ma vie, et plus je me rend compte qu’elle n’avait pas tort. Elle avait déjà réussie à déterminer la valeur du temps et les inconvénients dramatiques pour son bien-être, liés à cet attachement au temps.

La communication joue un rôle important dans notre quotidien, donc si le temps vous fait tellement peur et que vous vous sentez vivre en fonction de celui-ci, pourquoi dans ce cas-là l’évoquer à tout moment? – Ne tentez pas le diable!

Au lieu de mentir à vous-même, optez pour une communication positive et surtout alignée à votre corps et votre esprit.

Lorsque vous êtes dans une situation inconfortable et n’éprouvez pas l’envie de faire quelque chose, plutôt que de dire  » je n’ai pas le temps, je regarde ça plus tard… », parlez avec franchise et dites  » Je suis navré, mais je vais m’abstenir de faire cela maintenant. Tentez votre chance ailleurs!  »

Si quelque chose ou l’attitude d’une personne vous chagrine, exprimez ce que vous ressentez. Écouter sa voix intérieur, ce n’est pas de la méchanceté ou de l’arrogance, c’est plutôt de la franchise et du respect de soi.

Si dès le départ vous sentez qu’une action ne va pas vous apporter une satisfaction personnelle, ne vous infligez pas cela !  Exprimez ce manque d’envie ou de besoin de réaliser la tache et ayez le courage de vous protéger. Ce n’est pas de l’égoïsme, c’est le respect de soi.

La vie est bien trop courte pour attendre et laisser le temps choisir à notre place.

Mon conseil:  » Apprenez à parler et à réagir non pas en fonction du temps, mais en fonction de votre coeur. Écoutez-le, vivez pleinement chaque instant de votre vie et laissez le temps tranquillement là où il se cache. »

 

 

 

La critique tue le couple – 6 astuces pour éviter les disputes.

Si vous vous levez un matin et vous vous dites: « Il ou elle est vraiment imparfait(e) ! Mais où est l’être parfait que j’ai rencontré ? « , alors il est grand temps de changer votre façon de voir les choses.

Non seulement vous ne vous sentez pas bien en pensant cela, mais en plus votre attitude et vos critiques ne mènent à rien.

disputes-couples

C’est toujours incroyable de constater la facilité que les gens ont a découvrir les choses que leur partenaire à mal fait, ses mauvaises habitudes, son manque de motivation, son manque d’implication,…la liste est longue!

Bizarrement, il est plus complexe de percevoir ses propres défauts et de ce fait,  une remise en cause est assez difficile à mettre en place. Pourtant, dans un couple ou rapport entre deux personnes, il est bénéfique de le faire de temps en temps.

Posez-vous la question suivante:  » Qu’est ce qui m’agace vraiment chez mon partenaire ? » Peut-être que son comportement n’est autre qu’un miroir de vous-même…pensez-y!

Si l’on veut vraiment aider son conjoint, avec la critique on fait fausse route. Chaque être se doit d’être respecté et votre conjoint préfère bien plus être écouté et encouragé que conseillé et critiqué.

C’est naïf de croire qu’en critiquant l’autre, il va changer du jour au lendemain, car au mieux, le changement va durer 2 jours, au pire il n’écoutera même pas et préférera la fuite.

Optez pour la « zen-attitude » lorsque quelque chose vous énerve et pensez à améliorer votre communication afin d’obtenir le résultat que vous souhaitez tant.

Exemple de situation: Cela vous énerve que Monsieur ne range pas ses chaussettes?

Exemple de critique: Tu ne changeras jamais, tu m’énerve, je dois toujours tout ranger à ta place!

Optez plutôt pour une motivation afin qu’il y voit « un sens » pour effectuer la tâche qui lui a été demandée :

Exemple: Chéri, je suis vraiment fatiguée ce soir. Peux-tu s.t.p. vite ranger tes chaussettes qui trainent, comme ça on pourra tout de suite passer à table après.

  1. Il va le faire car vous êtes fatiguée
  2. Il va le faire car vous demandez gentiment
  3. Il va le faire car tout comme vous, il a faim et souhaite passer un moment agréable avec vous

Voici 6 petits astuces afin d’améliorer votre communication dans le couple:

1-Lorsque vous avez une remarque à faire à votre conjoint, n’employez pas le TU. Exprimez-vous en JE, afin de parler de vous et de décrire vos sentiments.

2-Évitez les questions fermées du genre : « Qui a encore oublié de descendre les poubelles ce matin? » ou encore « Pourquoi la cuvette des WC est encore levée, hein? » Ce genre de questions est rempli de mépris

3-Avant de critiquer pensez à vos propres défauts. Cela vous permettra de relativiser et vous rendra plus humble.

4-Si vous êtes trop énervé, sortez de la pièce et allez vous calmer sur la terrasse avec une tasse de thé ou café. Inutile de vous décharger sur votre conjoint, cela ne va servir qu’à créer des disputes.

5-Écrivez une lettre à votre conjoint pour décharger toute votre rage.Une fois écrite, ne lui la donnez pas, brulez-la ! Cette technique consiste à apprendre à exprimer ses émotions et à canaliser le tout. Cela vous rendra malade de garder tout ça à l’intérieur de vous!

6-Essayez de vous mettre à la place de votre conjoint et essayez de le comprendre. Tout n’est pas forcément « normal et évident » car chaque personne perçoit les choses différemment et n’a pas les mêmes priorités…mais vous pouvez être complémentaires. Soyez amis avant tout 😉

Pour plus de soutien en communication ou gestion de conflits dans le couple, n’hésitez pas à prendre contact avec moi. Ensemble nous trouverons des solutions.