Bougez-vous, votre mental vous remerciera!

Aujourd’hui, il existe toutes sortes d’alternatives pour le bien-être. Et pour trouver ce qui nous convient le mieux, il faut s’informer, tester, lire, … bref, oser sortir de sa zone de confort et se diriger vers d’autres horizons.

De plus, grâce aux nouvelles technologies et vu le nombre d’heures que nous passons tous connectés, il n’ y a plus d’excuses pour dire que telle ou telle chose est méconnue ou inaccessible… on trouve tout sur le net.

Avec les difficultés et les changements auxquels nous sommes confrontés dans le quotidien, il est important de ne pas « se perdre ». De part mon métier, je constate avec grande inquiétude, que certaines personnes s’oublient dans ce monde où tout doit aller vite et malgré une situation confortable (travail, maison, voiture, famille) elles ne connaissent pas le vrai sens de la vie, se sentent dépassées par les évènements et n’éprouvent ni paix intérieure ni bonheur quelconque.

Une énorme insatisfaction et frustration les guète sans arrêt et ces personnes finissent tôt ou tard par craquer (subissent le born-out des temps modernes) ayant le sentiment de ne pas « réussir » leur vie, alors que leur bonheur se trouve devant leurs yeux et que l’essentiel est de vivre la vie pour soi et telle qu’elle est.

L’humain ayant subit ces derniers temps une telle transformation, celui-ci a même commencé a devenir une « marchandise ou un produit marketing » ce qui n’arrange vraiment pas les choses. Ces influences et messages externes sont bel et bien là. Partout où l’on va il y a des publicités, des lumières artificielles, des ondes (4G et autres, please pas de 5G 😦 ), des photos sublimées de jeunes femmes retouchées au maximum dans les magazines et à la télé, tout, oui, absolument tout est là, bien fabriqué pour nous éloigner du plus important, « nous-mêmes ». Triste ? Flippant, je dirais.

Comme si une force nous vide de notre énergie tous les jours dès notre lever et nous hypnotise à un tel point que nous en devenons accros et perdons toute logique et maîtrise de nous-même. Alors on se bat, on fait parfois l’autruche et on vit constamment en surchargeant notre corps et notre mental, car bien sûr, il ne faudrait surtout pas donner l’image d’être  » un faible », car de nos jours on se fait dévorer si l’on n’arrive pas à suivre le mouvement. C’est en tout cas ce que l’on veut nous faire croire, mais je vous rassure, il y a moyen de se détacher de tout ça.

Alors comment se protéger de toute cette manipulation externe et revenir à l’essentiel ? Comment savourer pleinement la vie ?

En fait, c’est simple. Comme je l’ai dit, il existe différentes méthodes et il faut tenir compte de pleins de facteurs importants notamment la vision et la définition du bonheur et de l’épanouissement, qui diffère d’une personne à l’autre. Nous ne sommes pas tous pareil et tant mieux! Ce qui est essentiel avant tout, c’est de ralentir son rythme de vie dès le moment où l’on se sent mal et pouvoir écouter sa voix intérieure en suivant son intuition et ses envies.

N’allez pas vers des choses qui ne vous correspondent pas et vous mettent mal à l’aise avant même de commencer à les découvrir. Cherchez une méthode qui est simple a mettre en place et que vous allez aimer pratiquer ou appliquer sur du long terme. Participer à une conférence sur la pleine conscience, puis suivre 1 séance de yoga et ensuite ne plus rien faire pendant 3 mois…ce n’est pas la solution. Tout est question de discipline et rigueur!
Peu importe la méthode (méditation, relaxation, pleine conscience, biodanza, reiki, acupuncture e.t.c.), les résultats se font sentir si vous gardez une certaine discipline et régularité dans la pratique, autrement c’est du temps perdu. ( et des sous gaspillés aussi 😉 )

Le stress étant notre pire ennemis, dès les premiers symptômes, il faut réagir et se donner le temps d’analyser la situation. Si vous n’arrivez pas à sortir d’un cercle vicieux négatif, osez aller vers un coach ou autre thérapeute afin d’extérioriser ce mal-être qui est en vous. Deux têtes valent mieux qu’une et puis le coach reste neutre et vous aidera à déterminer ce que vous devrez changer afin de retomber sur la route qui est LA VÔTRE.

En parler c’est déjà un énorme pas vers l’avant. De toute façon, l’effort doit venir de vous et il n’existe aucune potion magique. Alors faites bouger les choses, votre mental vous remerciera 🙂

Voici 5 astuces que j’ai regroupé pour celles et ceux qui souhaitent retrouver un équilibre de vie rapidement:

1- Bien dormir : Un sommeil réparateur est essentiel afin de se réveiller dans le calme et en toute fraîcheur. Pas de café, télé ou smartphone avant le coucher, vous aurez du mal à vous endormir.

2- Une alimentation saine: Informez-vous un minimum et arrêtez d’aller faire vos courses dans des supermarchés « low-cost ». Lisez les étiquettes des produits que vous souhaitez consommer et mangez beaucoup de fruits et légumes. L’idéal étant de consommer local ou d’aller dans les magasins biologiques. Et lorsque vous mangez, prenez conscience de ce que vous faites, savourez le goût des aliments et soyez attentif à chaque mouvement que vous faites lorsque vous mâcher les aliments qui sont dans votre bouche. Ayez conscience aussi de la chance que vous avez d’avoir de quoi vous nourrir chaque jour et ayez une pensée pour ceux qui n’ont malheureusement pas cette chance 😉

3- Aérer votre cerveau: Oui, je ne parle pas de l’air conditionné dans la voiture, mais bien de la petite promenade de 20 minutes en forêt, le matin ou le soir… à vous de choisir selon votre emploi du temps. Et en marchant, laissez travailler vos sens! Sentez – regardez- écoutez…..il y a tout un monde dans cette merveilleuse forêt. Respirez profondément et n’ayez pas peur de remplir vos poumons avec de l’air pur….c’est gratuit!

4-Lâcher prise: Essayez de vivre en prenant du recul. Vous énerver tout de suite et être tout le temps dans la défensive cela vous apporte quoi finalement ? Arrêtez de vouloir tout contrôler, mettez le pied sur la pédale de frein, demain est un autre jour.

Et lorsqu’une situation négative apparaît, faites plus attention à votre façon de communiquer et aux mots que vous employez. Tentez toujours de vous placer à la place de la personne en face de vous, avant de prononcer ce qui traverse votre esprit. Souvent, il est préférable de se taire ou de formuler les choses de manière à ne pas créer de conflits. Nul besoin de réagir et de donner son avis sur tout ce qui vous entoure, parfois le silence vaut milles mots;-) [ Vous pouvez aussi lire mon livre:  » Aimons-nous sans maux » Editions Vie]

5- Aimez-vous: Organisez votre journée de façon a avoir au minimum 1h sur la journée pour VOUS ! Attention, je vous vois venir….mais dans le mot « impossible, se cache le mot « POSSIBLE », donc, pas d’excuses ! 😉

Oui, aimez-vous, respectez-vous et faites des choses pour VOUS! ( Aller chez le coiffeur, coudre un vêtement, lire un livre, faire un gâteau, chanter, voyager, aller boire un verre avec une amie, ……ou tout simplement « ne rien faire »! Allongez-vous, fermez les yeux et ne pensez à rien, vous allez remarquer que cela fait un bien fou après une situation difficile ou une journée mouvementée. Vous pouvez aussi opter pour une pratique régulière (la méditation, le yoga, la danse, le théâtre, des ateliers créatifs…) et vous retrouver 1h /jour à suivre une pratique qui détend votre mental et vous fait sortir du train-train « boulot – dodo ». Osez vous déconnecter et savourez votre moment, ce RDV privilégié avec vous-même.

N’oubliez pas que si vous vous sentez bien avec vous-même, d’autres personnes se sentirons bien avec vous et vous transmettrez votre énergie positive. C’est contagieux et c’est génial!

Vous êtes LA personne la plus importante de votre vie, alors aimez-vous et soyez fière de la personne que vous êtes. Essayez dès maintenant, chez moi ça marche, donc pourquoi pas pour vous ? 😉

La nature a tellement a nous offrir. Une ballade au quotidien pour une meilleure qualité de vie, c’est simple et ça fait du bien.

Vous pouvez m’envoyer un message si jamais vous souhaitez me rencontrer ou avoir des informations par rapport à la pratique de méditation Zen: solifecoaching [at] hotmail.com


Mon compagnon est décédé. Comment faire le deuil ?

Ayant moi-même toujours eu des chiens, je sais très bien à quel point c’est douloureux lorsqu’arrive le jour de la séparation.

S’y préparer c’est important afin de mieux vivre son deuil.

Voici donc quelques étapes à prendre en considération si vous vivez pareille situation.

Bien entendu, chacun vit son deuil différemment, et aucune solution n’est universelle. Mais si vous poursuivez votre lecture, vous cherchez certainement des conseils sur mon site; en voici donc quelques-uns.

Apprendre à identifier ses sentiments, c’est déjà un grand pas vers l’avant.
Au fil des années, votre animal vous a apporté beaucoup de bonheur. Sa compagnie était unique. Tout comme les humains, les animaux ont des personnalités, qui les rendent attachants. Toutefois, contrairement aux humains, les animaux aiment les gens qui prennent soin d’eux d’un amour inconditionnel. L’amour entre maitre et animal peut être extrêmement grand, et donc, la peine qui suit un décès peut l’être tout autant.

Face à l’incompréhension des autres, plusieurs propriétaires d’animaux endeuillés vivent de la colère – une colère justifiée – lorsque les gens leur disent des choses du genre:  » Sérieux ? Tu pleurs pour un simple animal ?  » ou encore  » Arrête d’être triste, t’as qu’à reprendre un autre. » …..

Une grande partie de ceux qui n’ont jamais partagé leur vie avec un petit compagnon poilu ne comprennent pas ce genre d’attachement, d’où leur surprise, voire leur désapprobation, d’un tel deuil. Il est primordial de n’accorder aucune valeur à leur jugement.

Que l’animal soit décédé des suites d’un accident ou que vous ayez choisi pour lui l’euthanasie, plusieurs situations sont susceptibles de provoquer de la culpabilité chez les maitres. Il est important de vous délester du poids de votre culpabilité, sans quoi vous ne pourrez traverser cette épreuve. Ne le laisser surtout pas souffrir et gardez en mémoire tout ce que vous avez fait pour votre ami au fil des années.

L’important, c’est de trouver le moyen d’évacuer votre peine. Et pour y arriver, tous les moyens sont bons! Parlez-en à votre entourage. Si vous avez des amis qui ont déjà vécu le deuil d’un animal de compagnie, c’est une bonne idée de vous tourner vers eux en premier lieu. Ils seront probablement plus empathiques à votre égard.

Certaines personnes trouvent du réconfort dans la peinture, le scrapbooking, l’écriture. Créer un souvenir personnalisé de votre ami grâce à l’une des ces formes d’art peut vous aider.

Enfin, si vous viviez seul avec votre animal, il est probable que le deuil soit encore plus difficile. Essayez de meubler vos temps libres pour éviter les moments de solitude prolongés à contempler les photos de vacances ou balades en forêt.

Votre compagnon vous aimait et ne pouvait pas vous voir malheureux, alors inscrivez-vous à un cours, sortez avec des amis ou une essayez de nouvelles activités afin d’éviter la déprime!

Si par contre l’animal décédé était celui de toute la famille, tentez de soutenir les autres membres de votre famille dans cette épreuve. Votre assistance est importante, particulièrement auprès des enfants, qui en sont peut-être à leur premier contact avec le concept de la mort. Racontez-leur une histoire afin de leur faire comprendre que « Rex est parti au ciel « , mais il sera toujours dans leur coeur.

Si vous avez d’autres animaux, ils peuvent eux-mêmes être bouleversés par l’événement et ressentir la tristesse au sein de la maison. Montrez-leur que vous les aimez tout autant, malgré votre peine évidente du départ de l’autre animal!

Après avoir enterré votre animal, prenez votre temps, car il n’y a pas de durée « normale » à un deuil.

La méditation, la relaxation et les activités culturelles, artistique ou sportives vous aideront à vous changer les idées. Prenez soin de vous-même et de vos proches, et la guérison viendra.

Si vous éprouvez le besoin de reprendre un animal, faites-le, les SPA sont pleines de formidables animaux qui ne demandent qu’à être adoptés par des personnes de coeur. Soutenez-les !

Touche pas à ma liberté !

libertéQue ce soit la liberté d’expression ou la liberté physique, il est important de comprendre son importance.

Souvent, nous nous sentons poussé par un élan qui nous laisse à peine le temps de réfléchir. Cela peut provenir d’une circonstance, d’un message médiatique ou même d’une personne de notre entourage.

Pouvoir vivre en ayant le sentiment d’être libre, cela n’a pas de prix.

Mais alors pourquoi, en tant que coach, suis-je constamment face à des « prisonniers » ?

Une image assez troublante, je vous l’accorde, cependant bien réelle! Je caractérise aussi ce phénomène par « l’effet mouton » 😉

Oui, il m’arrive trop souvent de me retrouvée face à des personnes qui vivent une vie remplie d’éléments nocifs et totalement inappropriés pour elles. Ces personnes ont effectivement suivi un mauvais élan. Elles se retrouvent sans pouvoir penser par elle-mêmes, sans pouvoir gérer elles-mêmes leur temps, leur envies, leur émotions, leur peurs ou même leur langage. Les énergies négatives qui les entourent, sont devenues les maîtres. Leur mental a été victime d’un bourrage de crâne gigantesque et destructif.

Comment cela arrive-t-il ?

Chaque cas est différent bien sûr, mais il est vrai que dans la société d’aujourd’hui, si la personne n’apprend pas à observer la situation avant de passer à l’action, donc en lâchant prise et en se donnant du temps, et qu’en plus, elle suit aveuglement ou inconsciemment des propos, des modes, des médias ou même les paroles de son entourage (amis, famille, collègues, voisins), cela risque vite de devenir une habitude.

Cette habitude à devenir un « suiveur », rend la personne dépendante, donc prisonnière d’elle-même. Celle-ci n’est plus en mesure de gérer sa vie calmement avec patience et confiance. Tout se fait automatiquement. On choisit la simplicité et la facilité du copiage. – Pourquoi perdre du temps à réfléchir, puisque quelqu’un d’autre à déjà utilisé ses neurones pour le faire?  – Pourquoi essayer de savoir ce qui bon pour soi ? Après tout, il suffit de faire comme la voisine, la copine ou la frangine, elles reçoivent toujours des compliments, donc ça marchera sans aucun doute. – Pourquoi faire autrement ? Les changement ça fait peur, non merci ! C’est une perte de temps, donc il vaut mieux s’identifier à ce qui est déjà en place ! E.t.c……..

Le « prisonnier » ou « suiveur », vit une vie bien triste et ne peut pas vivre en paix avec lui-même, car il n’a jamais vraiment pris le temps de se connaître et de passer du temps avec « lui-même ». Ce que j’observe, c’est qu’il a construit une façade pour se protéger et essaye pendant de nombreuses années à se positionner comme étant un modèle à suivre, une personne stable et sans problèmes.

Je vous rassure, tôt ou tard, la personne craque ! Elle sent le piège et ressens les frustrations qui la guettent.

Je dis toujours qu’il est important de faire ses choix en fonction de son coeur sans tenir compte des éléments extérieurs. Faire des choix pour soi !

Et là se trouve toute la beauté de la vie finalement. Celui qui arrive à savourer la vie dans la pleine conscience et en tenant compte de ce qui vient à lui naturellement, cette personne arrive à connaître le vrai sentiment de liberté. Ceci est une richesse absolue que l’on nomme aussi souvent « l’éveil ». La personne est réceptive à tout ce qui l’entoure et arrive à distinguer ce qui est bon ou mauvais pour elle.

Toute personne qui dégage des énergies positives, c’est aussi une personne qui vit en toute liberté. A ne pas confondre avec une personne souriante ou de bonne humeur, car parfois son attitude est une carapace pour camoufler un mal-être.

La personne libre, n’est pas celle qui vit seule, mais bien celle qui n’a pas peur de s’exprimer tout en respectant son prochain. Elle n’a pas peur de dire non, afin de dire « OUI » à elle-même. Elle analyse ce qui vient à elle et prend le temps qu’il faut pour prendre une décision en accord avec ses valeurs, ses envies et son bien-être. Elle sait renoncer à TOUT ce qui ne la rend pas heureuse. Elle ne suit pas les médias pour connaître les évènements tragiques de ce monde, mais suit plutôt son instinct en créant sa propre image du monde dans lequel elle vit et cherche toujours des moyens de contribuer à une amélioration.

Facile ? Je pense que Oui. Et des solutions il y en aura toujours, car il n’est jamais trop tard pour effectuer un travail sur soi. Heureusement d’ailleurs ! 🙂

Pour arriver à se faciliter la vie et pouvoir savourer chaque instant, il faut être libre. Cela ne signifie pas que tout ce que la personne fera, ce sera la meilleure façon de faire. Cela signifie plutôt que la personne a appris et compris ce qui est juste pour elle et ses pensées deviennent plus positives. Son langage ainsi que sa vision de la vie changeront.

Au lieu de vouloir créer des barrières ou une façade, il est donc bien d’apprendre à se connaître, à connaître ses besoins (physique & mental) en se donnant du temps. Un corps sain et un esprit sain, cela procure de la satisfaction et développe l’amour et le respect de soi. Il ne faut pas s’ignorer et savoir investir en sa personne.

Une fois que l’on atteint cette dimension et que l’on est aligné à son corps et à son esprit, on vit avec plus de légèreté, tel un oiseau….. totalement libre de ses choix.

La liberté commence où l’ignorance finit. – Victor Hugo –

 

 

 

 

Laissez vos enfants s’ennuyer!

En tant que parent, vous avez certainement déjà entendu les phrases suivantes: « Maman/Papa, je m’ennuie ! « Qu’est-ce que je peux faire ? Je ne sais pas quoi faire ! »

Dans certaines circonstances, les enfants étant avec des adultes, ceux-ci risquent parfois de s’ennuyer et essayent à tout prix de capter l’attention des plus grands en répétant tout le temps la même question. C’est énervant, je vous l’accorde, mais tout à fait normal 😉

Tous les enfants connaissent l’ennui, un jour ou l’autre.

Le problème est parfois dans la façon dont les adultes perçoivent cet ennui et y réagissent, ainsi que dans l’incapacité de certains enfants à le gérer.

Notre société valorise une utilisation efficace du temps. L’ennui est mal vu : ne pas savoir quoi faire, c’est perdre son temps. Quand un enfant dit s’ennuyer, on tente donc à tout prix de l’occuper en lui trouvant mille et une activités intéressantes à faire.

De plus, beaucoup d’enfants, même très jeunes, ont un agenda chargé de cours et d’activités extra-scolaires. Il leur reste alors peu de temps libre pour apprendre à faire des choix.

Cependant, saviez-vous que l’ennui est un sentiment qui peut être très bénéfique ?

Moi-même n’ayant qu’un seul enfant, j’ai souvent entendu des réflexions du genre: « Tu devrais penser à une petite soeur pour ton fils, comme ça il ne sera plus seul pour jouer » … ou bien.. « Il faut lui acheter plus de jouets, il va s’ennuyer le pauvre ! »

C’est faux ! Car apprendre à jouer seul est important.

En jouant sans partenaire, votre enfant apprend à décider par lui-même. Le jeu libre permet à votre enfant de choisir ce qui l’intéresse et de développer ainsi son autonomie, une qualité également fort recherchée, tant à l’école qu’au travail. L’autonomie permet à l’enfant de fonctionner sans avoir constamment besoin du soutien des autres. Il fait appel à ses ressources personnelles. Il est à l’écoute de son monde intérieur, de ses envies et de ses goûts. Ne rien avoir à faire lui permet de développer son monde imaginaire et sa créativité.

Enfin, l’ennui permet de voir la réalité différemment. Un enfant qui s’ennuie remarque des détails qui lui échapperaient s’il était constamment occupé. Ainsi il apprend dès son jeune âge, l’importance de vivre l’instant présent. C’est parce qu’il s’ennuie qu’il observe le trajet de la goutte d’eau qui descend le long d’un carreau de la fenêtre ou qu’il remarque cette fourmi qui avance tout doucement sur la galerie. Il pourra alors inventer toute une histoire autour de cette goutte d’eau ou de cette fourmi si on lui laisse l’occasion de vivre ces moments seuls.

Donc laissez votre enfant s’ennuyer de temps en temps et encouragez-le  à prendre des initiatives.

Voici quelques conseils pratiques pour gérer l’ennui :

  • Commencez une activité avec lui, aidez-le au début, puis éloignez-vous. En demeurant dans la même pièce, vous pourrez, de loin, faire des commentaires sur sa façon de s’en sortir : « Il est vraiment beau ton dessin! » ou « Tu choisis de belles pièces pour construire ton château.»
  • Laissez-le poursuivre l’activité seul. Votre enfant apprendra ainsi à jouer et à créer par lui-même. Il aura davantage confiance en lui et deviendra autonome.
  • Proposez-lui de faire un dessin ou un bricolage pour un membre de la famille ou un ami; cela ajoutera une motivation supplémentaire.
  • Aménagez des plages libres dans l’horaire de votre enfant. Ces moments seront peut-être ennuyeux au début, mais deviendront, avec le temps, des moments de jeux spontanés enrichissants.
  • Quand votre enfant s’ennuie, ne vous précipitez pas pour l’occuper rapidement et ne le mettez surtout pas devant des écrans ou des jeux électroniques. Encouragez-le plutôt à prendre des initiatives : « Je suis sûr que tu vas trouver quelque chose d’intéressant à faire. »

 

Celui qui connait l’art de vivre avec soi-même, ignore l’ennui!